Prochains événements

  1. Jeu infini – (danse,musique,improvisation)

    juillet 1 à 19 h 00 min - 20 h 00 min
  2. Sonatolia

    juillet 1 à 20 h 00 min - 23 h 00 min
  3. GOODBYE MARSEILLE – Latypique Cie – Marine et Julien

    juillet 16 à 17 h 00 min - 23 h 30 min
  4. L’horizon / Sortie de résidence / Performance participative

    juillet 23 à 18 h 00 min - 22 h 00 min

Evénements

L’horizon / Sortie de résidence / Performance participative

L’horizon / Sortie de résidence / Performance participative

Performance collective – appel à participation

Localisation: La Deviation Marseille – plateau naturel sur les hauteurs de L’Estaque.
Inscriptions sur lhorizonestaque2017@gmail.com

« À partir de ce terrain magique que j’ai découvert à l’Estaque lors de ma résidence à La Déviation, je compte réunir une centaine de personnes pour créer des dessins géants tracés par une masse en mouvement dans une procession artistique collective .
Faire de l’art ensemble dans la nature et transmettre un message fort pour la diversité à travers nos interactions.
Les dessins vont être visibles et filmés depuis les hauteurs du Chemin de la Nerthe. Venez célébrer la vie, la diversité et la solidarité humaine! »

George Bodocan / BODO

Artiste d’origine roumaine qui vit et travaille à Paris depuis 10 ans, Bodo est inspiré par les interactions humaines. Il utilise tous supports pour ses pièces. A la base un dessin en ligne noir développe dans le temps des couches superposées. Il est dans le partage de l’art à travers des ateliers ouverts au public ou des live performances et intervient dans l’espace public avec des installation éphémères. Les interactions se font aussi dans l’atelier en collaborant avec des artistes des divers horizons: théâtre, danse, musique.
Pendant les dernières 10 ans à Paris, BODO fait parti de collectifs et lieux artistiques alternatifs.

partenaires: POSCA, Institut Culturel Roumain de Paris

GOODBYE MARSEILLE – Latypique Cie – Marine et Julien

GOODBYE MARSEILLE – Latypique Cie – Marine et Julien

Goodbye Marseille!
C’est une invitation à fêter notre départ avant de larguer les amarres!
On y prépare:
La Tombola,  ou vous serez peut-être l’heureux gagnant d’un objet de l’atelier,
Devenez aussi l’acquéreur d’une pièce unique à la Vente aux PeuchèresGrand Battle de 45 tours.
Tu viens avec ton costume et ta caisse de vynils triée par grands thèmes (amour, cuisine, jardin…). Le public sera jury!

Inscription jusqu’au 16 juillet 18h: latypique@gmail.com/0658721326.

+INVITÉS

 

BARBECUE, JEUX, BAR ET PISTE DE DANSE SERONT SUR PLACE
ENTRÉE LIBRE SUR ADHÉSION
à partir de 17h le 16 juillet.

 

Marine et Julien/Latypique Cie
Sonatolia

Sonatolia

La rythmicité marseillaise des chansons transcendantales d’Anatolie Comme une Sonate d’Istambul à Marseille Si l’Anatolie s’était donnée rendez vous, ce serait lors des répétitions à la rue de Rome, chez Bayram Kilic, fondateur de l’ensemble Sonatolia.
 
Fort d’un immense répertoire ancré au coeur de sa pratique populaire de la musique, il a rassemblé les origines kurdes, italiennes et françaises à son bagage istambouliote pour produire un son des peuples d’Anatolie typiquement marseillais.
En empruntant des chansons populaires, qu’elles soient turques, kurdes, grecques, arméniennes…
Sonatolia fusionne des rythmes et mélodies traditionnelles (chants soufi Alévit, tzigane, zeybek, türkü…) avec la musique occidentale (flamenco, folk irlandaise, valse…) où l’improvisation nourri l’acte de création pour mettre au goût du jour ces chansons étouffées par la modernité.
Ces chansons, racontent l’histoire de l’Anatolie en parlant d’amitié, de lutte, d’amour, de déchirure, d’espoir, et sont les té- moins d’une volonté de transmettre plusieurs émotions afin de partager avec le public la diversité musicale de la terre anatolienne qui ne cesse de transcender l’espace et le temps depuis des lustres.
 
 
 
Jeu infini – (danse,musique,improvisation)

Jeu infini – (danse,musique,improvisation)

Sortie d’une semaine de recherche, JEU INFINI, improvisation libre, 9 musiciens, danseurs et comédiens.
Avec : Marine Debilly, Rémi Furlanini, Antoine Herran, Agathe Paysant, Maxime Reverchon, etc.

JEU INFINI
improvisation libre

Commencer.
La recherche de l’état. La liberté, il faut comprendre, commence alors là.
Il n’y a pas de différence entre la préparation et l’exercice. La liberté est celle de préparer les conditions de la liberté.
Pratique du monde. Nous savons que nous jouons ça, ici et maintenant entre nous et tout ce qui fût apporté, tout ce qui se déplaça.
Invocation de la renaissance.
Tirer le conflit dehors; tirer la gêne, le pathétique, c’est à dire politiquement, ignorer la destruction.
Tuer l’apocalypse.
Honorer la mort, rire de la supposée mort de tous.
Naître.

Grande Milonga – ( ateliers, djs, concert ! )

Grande Milonga – ( ateliers, djs, concert ! )

Venez, venez!! Grande milonga à la Déviation sur le nouveau plancher. Avec des surprises et des jeux! Entrée prix libre, adhésion prix libre.
Aux platines : DJ Carole Pachebézian (Montpellier)

Pendant l’après-midi deux ateliers sont proposé:

16-19h Atelier tango et écoute (Dennis&Lynn&Elisa) 10,-
– Du sol au couple – une préparation corporelle
– « Il y a toi, il y a la musique, il y a moi ! » pour danser encore
plus avec la musique
– Le tango danse à deux, danse en groupe, la circulation dans le bal

19-20h Atelier labo experimental (Alessandro&Aldo) prix libre

Repas dès 20h (auberge espagnol)
20h30 les platines se tournent – la milonga commence!!

Sortie de résidence de la Cie El liqa’ – Les Bacchantes –

Sortie de résidence de la Cie El liqa’ – Les Bacchantes –

La compagnie El liqa’ a le plaisir de vous inviter à une présentation d’une étape de travail de leur création

« Les Bacchantes, construire la paix au choeur du pays »

vendredi, 23 juin à 19h
&
samedi, 24 juin à 14h

Avec Maria Isabel Cañón, Robin Charbois, Maxime Chazalet, Hélène Duret, Adam El Hajj, Raphaëlle Grélin, Mohamed Larbi, Fabio Raffo, Mamadou Traoré

Mise en scène Emilie Heriteau
Création et régie lumière Anne-Sophie Mage
Compositions musicales Hélène Duret

La pièce d’Euripide « Les Bacchantes » se clôt sur un acte terrifiant, sur un échec violent, l’échec d’un accueil, d’une rencontre, d’un possible devenir commun.
Dionysos est double : l’étranger venu d’Orient est natif de Thèbes, à la fois Grec et Barbare. Il ne cherche d’abord aucune transcendance, mais à se faire reconnaître, à trouver la légitimité d’une place au coeur de la cité. Et c’est l’aveuglement du pouvoir d’Etat, qui conduit Dionysos a montrer qu’il peut se montrer « le plus redoutable des dieux et le plus doux aussi. »
Nous avons établi, avec précautions, un parallèle avec la violence des crimes de janvier et novembre 2015. La mise en tension est périlleuse, néanmoins il nous semble que certains termes du mythe grec nous permettent de regarder autrement les évènements tragiques de 2015.

Nous avons entrepris de relever un mythe, de nous étonner de sa capacité à résonner jusqu’aujourd’hui, mais nous avons aussi à nous battre et à argumenter contre lui, pour le réouvrir, chercher ce qui de la rencontre entre Penthée et Dionysos, entre la cité et le choeur a été manqué et ce qu’il nous faut reprendre.
Nous vous invitons à venir échanger avec nous de cette tentative.

« La tragédie des Bacchantes montre les dangers d’un repli de la cité sur ses propres frontières. Si l’univers du Même n’accepte pas d’intégrer à soi cet élément d’altérité que tout groupe, tout être humain porte en lui sans le savoir, comme Penthée refuse de reconnaitre cette part mystérieuse, féminine, dionysiaque qui l’attire et le fascine jusque dans l’horreur qu’elle est sesnée lui inspirer, alors le stable, le régulier, l’identique basculent et s’effondrent, c’est l’Autre dans sa forme hideuse, l’altérité absolue, le retour au chaos qui apparraissent comme la vérité sinistre, la face authentique et terrifiante du Même. La seule solution, c’est que (…) l’Autre devienne une des dimensions de la vie collective et de l’existence collective de chacun. L’irruption victorieuse de Dionysos signifie que l’altérité s’installe, avec tous les honneurs, au centre du dispositif social. »

Durée estimée : env. 1h30