Parpaing Libre

La Déviation continue son aventure utopique d’auto­gestion et d’autonomie !
Après plus de deux ans à construire l’outil de travail artistique pluridisciplinaire, accueillir en résidence une centaine d’artistes, ouvrir ses portes au public participant à la vie du quartier et de la ville.

La Déviation se lance dans un nouveau défi : acheter le lieu !
Pour pérenniser et garantir l’usage collectif de ce lieu.

Aujourd’hui, nous avons l’occasion, le désir et la nécessité d’acheter le lieu pour permettre au projet de se développer durablement. Le bail  que nous avons ne nous garantit pas sa pérennité. Les investissement effectués grâce au temps, à l’énergie, aux coups de main et aux dons  son importants: mobilier, travaux, chapiteau, outils, matériel technique pour le théâtre et les arts plastiques... Il reste beaucoup à faire pour  améliorer les conditions de travail, de vie, d’organisation et permettre une autogestion par les artistes en résidence: studio de    musique, grille pour le théâtre, aménagement du hangar dédiés aux arts plastiques, mise au norme de la guinguette, dortoir, végétalisation,  système de bassins d’eau, terrasses, cabanes... Les réflexions sur l’art et ses besoins, le fonctionnement en collectif et l’autonomie vis à vis du système actuel de fonctionnement des institutions, visent à permettre la recherche artistique, à lui offrir l’espace et le temps qu’elle nécessite.
Tout cela pourra se continuer, et se développer pendant très longtemps, au-delà des présences et implications des actuel(le)s co-fondateur(trice)s résident(e)s et permettra à d’autres artistes et d’autres oeuvres de se réaliser, tant que le temps, la vie et les gens le  voudront.

La manière

L’achat se fera au nom d’une association propriétaire: Le parpaing libre.

Cette structure est composée des associations La Déviation et Le Clip, dont l’objet est d’empêcher la revente du bien immobilier.

Le clip, naît il y a 15 ans sur le modèle du MiethäuserSyndikat en Allemagne, et réunit des personnes autour de l’achat de lieux participatifs,
collectifs, qui cherchent à sortir du système de propriété privé et du capitalisme. Ainsi toute dérive liée aux différents apports personnels est évitée et la revente est bloquée. Le bâtiment se retrouve en quelque sorte, sorti du marché immobilier. L’association continue à en avoir l’usage, et ses membres continuent à la gérer comme ils le font actuellement, collectivement et en accord avec ses statuts. Dans le cas où  l’association La déviation péricliterait, le Clip devrait trouver une autre association du même type : lieu de vie et de recherche artistique, recherche de nouvelles formes d’habiter et de travailler, indépendance vis à vis des institutions, alternatives au système en place et aux formes majoritaires.

 

Les moyens

Plusieurs possibilités existent pour nous aider :

LES DONS

Vous pouvez simplement aider ce projet par un don en cliquant ici. Ce don ouvre droit à une réduction fiscale.

- Particulier : La réduction d’impôt est égale à 66% des sommes versées, dans la limite annuelle de 20% du revenu imposable.
- Entreprise : Une réduction d’impôt de 60 % du montant du don, quel que soit le régime fiscal (IS ou IR), dans la limite d’un plafond de 5 ‰ du CA annuel.

 

LES MICRO-PRÊTS

Ils permettent de soutenir le projet avec un apport sans intérêt financier allant de 500 à 5 000 euros. Les sommes seront récupérables sur  demande suivant les termes d’un contrat (dès la deuxième année suivant l’achat, dans un délai d’un an). L’association dans son  fonctionnement prévoit une caisse à cet effet, qui si elle s’avère insuffissante, pourra être réapprovisionnée par de nouveaux prêteurs pour    faire face aux demandes de remboursements. L’association émettra une reconnaissance de dette envers vous.

 
LES PRÊTS

Ils permettent de soutenir le projet grâce à un apport, avec un intérêt au taux annuel fixe allant de 0% jusqu’à 1,5%.

- À partir de 5000 euros prêt
- Le remboursement du s’étale sur 15 à 25 ans, au choix du prêteur. L’association émettra une reconnaissance de dette envers vous.

 
LA CAUTION SOLIDAIRE

Un bon garant peut permettre de ne pas avoir de frais d’hypothèque.

 

Le fonctionnement économique restera le même que lorsque l’association payait un loyer, le crédit étant demandé sur la période la plus  longue possible, les charges et investissements seront couverts par les cotisations versées par les artistes résident(e)s permanent(e)s et  temporaires, et les recettes liées aux activités et événements de la Guinguette.
Le prix de vente du lieu est fixé à 450 000 euros, il nous faut réunir au moins 150 000 euros pour obtenir le crédit à la banque. Si 150  personnes prêtent 1 000 euros, nous avons notre apport.
Pour poursuivre l’utopie, nous aimerions réduire au maximum notre emprunt au près des banques ou obtenir la totalité de la somme en  prêts privés et/ou dons et ainsi reverser des intérêts à nos bienfaiteurs plutôt qu’à des institutions bancaires.

 

 

Vous pouvez trouver ici le dossier complet de présentation du projet.